DEVENEZ MEMBRES! Cliquez ici
  • animation01
  • animation02
  • animation03
  • animation04
  • Parc d'environnement naturel de Sutton

    Naturellement différent

  • Parc d'environnement naturel de Sutton

    Naturellement différent

  • Parc d'environnement naturel de Sutton

    Naturellement différent

  • Parc d'environnement naturel de Sutton

    Naturellement différent

Castors en action, écosystèmes en mutation

Le castor, le plus grand rongeur de l’Amérique du Nord, vit la moitié du temps dans l’eau. Au cours des années, cette espèce a évolué pour s’adapter à une vie semi-aquatique. Ses pattes antérieures palmées et sa queue aplatie l’aident à se propulser et se diriger quand il nage. Il a le nez et les oreilles munis de rabats et une structure spéciale en arrière de la gorge qui empêchent l’eau de rentrer quand il plonge ou transporte de la nourriture sous l’eau. Il a aussi une membrane spéciale qui couvre l’œil. Ça s’appelle la membrane nictitante et cela lui permet de voir sous l’eau. Finalement, il porte une fourrure dense qui le protège du froid, ce qui est particulièrement important pour les castors qui habitent plus au nord.
 
Une espèce clé de voûte, des ingénieurs d'écosystème
 
Une espèce clé de voûte d’écosystème en est une qui a une grosse influence sur la composition d’espèces et l’apparence physique d’un écosystème. Un ingénieur d’écosystème est une espèce qui contrôle, directement ou indirectement, la disponibilité des ressources d’un milieu. Le castor est un exemple des deux vu que ses activités peuvent modifier l’hydrologie, la géomorphologie, la chimie et la température de l’eau.
 
Après l’homme, le castor est l’animal le plus capable de modifier son environnement pour ses besoins de survie. Il commence par se construire une hutte de branches et de boue proche d’un endroit où il y a de l’eau courante. Ensuite il construit un barrage pour arrêter le débit de l’eau pour que ça s’accumule autour de sa hutte. L’étang créé par le barrage sert à protéger la hutte ainsi qu’à aider le castor à chercher de la nourriture en sécurité. Parfois il creuse un genre de canal qui mène à l’étang pour faciliter le transport du bois qu’il utilise pour manger et construire.
 
Les oeuvres du castor: du bon et du mauvais
 
Les barrages du castor ont une multitude d’effets sur les alentours. Ils réduisent la vélocité du courant d’eau, augmentent la déposition et rétention de sédiments et matières organiques dans l’étang, réduisent la turbidité en aval, augmentent l’aire de l’interface eau-sol, élèvent la nappe phréatique et changent le taux de déchargement annuel des ruisseaux en retenant le ruissellement pendant les temps de fort écoulement et en le libérant lentement pendant les temps de faible écoulement.
 
Les barrages du castor peuvent affecter les processus d’érosion en causant l’aggradation (déposition de sédiments) dans l’étang, ce qui diminue la charge de sédiments dans l’eau en aval. Cela peut causer des problèmes, par exemple, quand le déficit de sédiment augmente les forces érosives de l’eau qui accumule le sédiment qu’il a perdu dans l’étang.
 
De la même façon qu’il peut agir comme filtre pour sédiments, un barrage peut aussi agir comme filtre pour diminuer la pollution de l’eau. En général, l’activité du castor altère fortement les caractéristiques biogéochimiques des bassins versants par l’accumulation, la disponibilité et la translocation de nutriments et ions. L’intensité de la plupart des effets des barrages peut dépendre du nombre et de la grosseur des barrages
 
Les changements que le castor effectue sur son environnement touchent à plusieurs espèces. En ce qui concerne les oiseaux, les sauvagines utilisent les étangs créés par les barrages pour nidifier et élever leurs petits ainsi que comme escales pendant le temps de migration. Les arbres morts à cause d’inondation sont souvent excavés et les trous résultants sont utilisés pour des nids. Finalement, le développement d’habitats favorables pour les invertébrés et plantes aquatiques crée un milieu attirant à plusieurs espèces.
 
L’importance d’une espèce clé de voûte et ingénieur d’écosystème se trouve dans sa capacité d’influencer plusieurs aspects de son environnement. Il est possible que la gestion d’une seule espèce comme le castor puisse régler la gestion de plusieurs éléments de ses alentours et, comme ça, il ne faudra peut-être pas concevoir un plan de gestion individuel pour chaque espèce. Cela est une voie intéressante dans le domaine de gestion d’espèces et d’écosystèmes, mais il faut aussi considérer les espèces qui sont négativement touchées par ces espèces centrales.

 

Articles récents

Galerie:

Navigation

Galerie Flickr :

Carte des sentiers 2013 :

 

Carte des sentiers 2013

Enregistrer

Newsletter